Robots Educatifs / Pedagogiques

“Nul n’entrera ici s’il ne sait programmer”

Platon géomètre

“Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre”. Cette formule était inscrite à l’entrée de l’école de Platon.

C’est à travers la géométrie que les Grecs ont découvert l’existence des nombres réels. La diagonale du carré de côté unité apparaît immédiatement comme irrationnelle, ne pouvant s’exprimer comme un rapport. Dans l’Epinomis, Platon définit de fait la géométrie comme l’étude des nombres réels:

Ce qu’on nomme ridiculement géométrie, et qui est l’assimilation des nombres non naturellement semblables entre eux, assimilation rendue manifeste par la destination des figures du plan; merveille qui vient de Dieu et non des hommes, comme il est manifeste pour quiconque est capable de penser.

Les Pythagoriciens perçoivent le monde comme une représentation du nombre, et le nombre comme une une médiation vers des vérités cachées mais certaines. Ils constatent les premiers le rôle du nombre dans l’explication de la Nature et toute la physique moderne, toutes les sciences leur sont ainsi redevables. Pythagore : “Tout est Nombre”. Philolaos : “On voit quelle puissance a l’essence et la vertu du nombre, non seulement dans les choses religieuses et divines, mais dans les actes et raisonnements humains et dans toutes les techniques et dans la musique”. Ils découvrent que l’harmonie musicale des gammes (octave, quarte, quinte) est basée sur les rapports des nombres rationnels. Et en déduisent des vérités à caractère philosophique ou religieux.

“L’harmonie (entre amis) est une identité de rapports” (Platon, Le Banquet).

On étudie aujourd’hui les maths sous prétexte qu’elles sont utiles. Mais les Grecs ont étudié les mathématiques parce qu’ils cherchaient la certitude, bien avant l’utilité. Si on cherche à calculer la surface d’un champ pour des raisons comptables ou pour en estimer la production, on n’a pas besoin d’être certain, il suffit de l’approcher. Ils n’ont pas voulu développer ni même utiliser l’algèbre. Les résultats, l’accumulation des théorèmes découverts leur importaient peu, seulement la rigueur des démonstrations. Sur tous ces plans, nous avons régressé et non pas progressé.

La révolution numérique, elle même évidemment une conséquence du Nombre, nous ouvre des portes nouvelles – la plus fascinante est la porte de l’intelligence artificielle. J’ai expliqué dans plusieurs billets de ce blog pourquoi il n’y avait plus, entre l’intelligence humaine et l’intelligence artificielle, qu’une différence de degré et non pas de nature. Et comment l’équilibre va mécaniquement, inévitablement se déplacer dans le sens de l’intelligence artificielle, au fur et à mesure que la puissance des machines pensantes (les ordinateurs) augmente.

Si notre cursus pour adultes s’adresse aux non informaticiens, c’est pour leur donner les clés d’entrée dans “le monde d’après”, qui est celui issu de la révolution numérique. Et dans notre façon d’aborder le sujet, nous avons pris le parti des Grecs. Nous nous en tenons aux principes fondateurs. Nous essayons de faire comprendre profondément les choses. Nous abordons les aspects technologiques car l’informatique est duale, à la fois technologie et science, mais notre but n’est pas de vous rendre productif à court terme pour ce qui est de la programmation, pas plus que les Grecs n’avaient pour objectif de faire du calcul. A la fin de notre cursus, qui est un cursus de culture générale au sens le plus noble du terme, vous aurez compris par l’exemple, parce que vous les aurez programmés, les fondements de la révolution numérique: l’intelligence, les objets connectés, l’évolution des rapports de production et tout ce qui constitue la “loi” numérique. Ce que vous apprendrez va durer longtemps. Peut-être pas 2500 ans comme le théorème de Pythagore, mais toute votre vie. Nous n’allons pas vous enseigner telle ou telle technologie qui sera dépassée dans 3 ans, nous allons vous faire percevoir sur quels principes le progrès technologique des 50 prochaines années repose.

Notre cursus est un hommage à l’héritage aujourd’hui si décrié de Pythagore.

The post “Nul n’entrera ici s’il ne sait programmer” appeared first on Speechi.

“Nul n’entrera ici s’il ne sait programmer”

“Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre”. Cette formule était inscrite à l’entrée de l’école de Platon. C’est à travers…

6

Sortie de la 1ère année de notre cursus informatique Python (pour adultes non informaticiens)

La 1ère année de notre cursus informatique pour adultes vient de sortir. C’est un travail unique au monde car c’est un vrai cursus informatique, mais il s’adresse à des non informaticiens, à des personnes qui ne feront jamais d’informatique dans un cadre professionnel. Au cours de l’été, je vous entretiendrai des différents aspects de ce cursus exceptionnel. La première question qui vient à l’esprit, évidemment, est “Pourquoi ?”. A une époque où il semble que toutes les décisions soient devenues utilitaristes, qu’est-ce qui a bien pu sortir de l’esprit tordu du boss de Speechi, et de l’équipe de Speechi, pour vouloir développer un cursus dont l’intérêt professionnel immédiat paraît nul ?

La réponse tient en deux mots « révolution numérique »

La révolution industrielle est l’ère du remplacement de la force humaine et animale par la force des machines. Un grand nombre de métiers manuels sont attaqués, les manufactures sont remplacées par les usines, par l’industrie. Les effets, sur une centaine d’années, du bouleversement des méthodes de production sont immenses : exode rural, paupérisation d’un grand nombre de professions manuelles.

La révolution numérique est l’ère du remplacement de l’intelligence humaine par celle des machines pensantes que sont devenus les ordinateurs. Elle est tout juste naissante, puisqu’elle n’a qu’une petite dizaine d’années. Elle va bouleverser, peut être paupériser non seulement un grand nombre de professions réputées “à faible qualification” (taxis, caissières…) mais elle va aussi attaquer presque toutes les professions intellectuelles : journalistes, médecins, avocats – ces métiers sont peut être en train de disparaître.

Selon Marx, l’organisation de la société repose sur la spécialisation, qui entraîne l’asservissement de ceux qui exécutent à ceux qui contrôlent et coordonnent. Il est à craindre que tous ceux qui ne maîtrisent pas la technologie numérique soient asservis à ceux qui développent et conçoivent les technologies numériques (les programmeurs tels que Facebook, Google, etc). J’emploie le terme “maîtriser” non pas au sens de “se servir de la technologie” (tout le monde sait faire ceci et le savoir-faire des programmeurs consiste justement à rendre cette tâche “enfantine” au mauvais sens du terme, celui de la domination de l’enfant par un adulte); j’emploie le terme maîtriser au sens de “comprendre, saisir les principes fondateurs du fonctionnement” car ce sont les seuls qui permettent de se libérer de l’emprise technologique, de ne pas être asservi au programmeur.

Robot ramasseurOr pour des raisons sur lesquelles je reviendrai, on ne peut comprendre “les principes du fonctionnement” sans toucher à l’informatique et à la programmation. Notre cours est un cours profondément pratique et même technique – on y programme tout le temps – mais son objectif est un objectif d’émancipation et de culture générale.

Ma femme, qui me regarde écrire, me demande aussi de préciser qu’il est super “fun”, qu’on ne s’y ennuie pas, que tout ça, grâce aux petits robots que nous utilisons pour chaque exemple est très ludique. Oui, c’est vrai et j’y reviendrai ! Mais nos objectifs sont très élevés.

 

 

A qui donc s’adresse notre cursus ?

Il s’adresse à tous ceux qui n’ont pas eu de formation informatique digne de ce nom (les adultes de plus de 30 ans sont à 95% concernés). Les avocats, les experts-comptables, les médecins sont visés. Mais aussi les professeurs non informaticiens, les hommes politiques ( cette catégorie me paraît très importante), les cadres dirigeants (autre catégorie importante) et ceux qui, n’ayant aucun diplôme, n’ont évidemment aucune formation informatique (et d’après ce que nous constatons dans nos “pilotes”, ils comprennent aussi vite que les cadres dirigeants, je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvais chose).

Les questions clés

“Comment dois-je transformer mon entreprise, mon pays ?” (Homme politique, cadre dirigeant)

“ Dois-je investir et pour quoi ?” (Entrepreneur)

“ Comment mon métier va-t-il être transformé ?” (Avocat, médecin)

“ Je suis autodidacte. Comment comprendre la révolution numérique ?” (Parcours “2ème chance”)

A toutes ces questions, nous apportons non pas des réponses toutes faites mais un éclairage, celui de la culture générale, qui permet de commencer à y réfléchir de façon autorisée, sur une base de connaissances réelles. L’ingénieur qui comprend la thermodynamique et la physique est mieux placé pour agir dans la révolution industrielle que l’ouvrier, qui la subit. Il est aussi plus libre.  Celui qui comprend la révolution numérique par les principes est mieux placé que celui qui passe sa journée à taper sur son clavier, que celui-ci prenne la forme d’une caisse de supermarché, d’un jeu vidéo ou de Facebook.

 

The post Sortie de la 1ère année de notre cursus informatique Python (pour adultes non informaticiens) appeared first on Speechi.

Sortie de la 1ère année de notre cursus informatique Python (pour adultes non informaticiens)

La 1ère année de notre cursus informatique pour adultes vient de sortir. C’est un travail unique au monde car c’est…

9

Cursus Algora : notre 1er cours de programmation pour adulte

Du haut de vos 16 à 77 ans, vous avez une curiosité insatiable. Vous ne voulez pas devenir programmeur, et pourtant vous ne seriez pas contre avoir des  notions de programmation et mieux comprendre les objets numériques qui vous entourent.

Ça tombe bien, après un cursus pour les 6-9 ans et un autre pour les 9-14 ans, l’école Algora est en pleine conception d’un cursus de programmation en Python pour les adultes !


Notre 1er cours Algora pour adulte : un atelier de codage “découverte”

Comme ce cursus s’adresse aux grands débutants et aux grands curieux qui ne connaissent rien en robotique ni en programmation, on commence doucement avec un premier cours de découverte pour appréhender ce langage d’un genre particulier. Ce 1er cours de 2 heures comprend 1 heure d’atelier guidé, suivie d’1 heure de mission durant laquelle vous mettrez en pratique les notions acquises en 1ère partie de cours.

Au sortir de ce premier cours, non seulement vous prendrez déjà conscience que la programmation se cache dans les plus petites choses, mais vous regarderez également autrement les objets intelligents qui vous rendent service tous les jours ou plutôt vous les regarderez enfin !

Objectif de cet atelier découverte : Programmer un parking intelligent

Le sujet de ce 1er cours est tiré d’un système simple rencontré dans la vie réelle : celui du parking intelligent. Un parking intelligent signale aux conducteurs les places libres et occupées à l’aide de LED qui s’allument en rouge ou en vert. Voilà un bon 1er sujet d’étude qui met en oeuvre une technologie simple… Simple peut-être, mais savez-vous au juste quel matériel et quelles lignes de code le permettent ?

Dans ce 1er cours du cursus adulte, vous découvrirez comment programmer des LED et photoréflecteurs infrarouges en écrivant vos premières boucles et conditions en Scratch !

Pourquoi commencer par coder en Scratch et pas en Python ?

L’objectif n’est pas de vous jeter dans le grand bain sans vous y avoir préparé un minimum. C’est pourquoi, pour aborder le langage Python dans les meilleures conditions, le 1er et le 2e cours se feront en Scratch.

Scratch est un langage de programmation visuel dans lequel les lignes de code sont remplacées par des blocs à imbriquer les uns avec les autres pour former son programme. Il est parfait pour vous donner de premiers repères.  Ce langage est un tremplin pour passer rapidement au Python au 3e cours.

The post Cursus Algora : notre 1er cours de programmation pour adulte appeared first on Speechi.

Cursus Algora : notre 1er cours de programmation pour adulte

Du haut de vos 16 à 77 ans, vous avez une curiosité insatiable. Vous ne voulez pas devenir programmeur, et…

9

Algora Metz : l’école de programmation a ouvert et la presse en parle

D’une école de langue à une école de programmation : ouverture d’Algora Metz

Une nouvelle école a rejoint le réseau Algora : l’école de programmation Algora Metz. Ou plutôt, l’école de Norroy-le-Veneur.

Ce sont des pros de l’apprentissage des langues (ayant auparavant créé le Leading Language Institute) qui ont pris la tête de l’école de programmation. Slawomir et Emilie Pindor (ci-dessus) ont l’habitude de sortir des sentiers battus de l’apprentissage.

Emilie, spécialisée dans le domaine de l’intelligence artificielle, s’occupe de dispenser les cours de programmation aux jeunes enfants avec la conviction que la France doit rattraper le retard accumulé dans le domaine, notamment par rapport à la Pologne.

Pour en découvrir davantage sur l’aventure d’Algora Metz, nous vous proposons de découvrir pas moins de trois articles qui l’aborde :

The post Algora Metz : l’école de programmation a ouvert et la presse en parle appeared first on Speechi.

Algora Metz : l’école de programmation a ouvert et la presse en parle

D’une école de langue à une école de programmation : ouverture d’Algora Metz Une nouvelle école a rejoint le réseau…

8

Cours à domicile : apprendre à programmer avec un kit Ecole Robots

Confinement oblige, fini la séance hebdomadaire de judo, de danse ou de tennis ! Faute d’avoir forcément la place pour réaliser ces exercices physiques à la maison, pourquoi ne pas se lancer dans la découverte de la robotique ? Dans cet article, on vous présente cette idée d’activité à pratiquer en famille ou en solo, particulièrement bienvenue dans un tel contexte.

Nos kits de robotique pour apprendre à coder à la maison

Avec nos 6 kits de robotique grand public, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux de difficulté. Construisez et programmez des voitures de toutes sortes, des dinosaures, des robots qui marchent ou qui dansent et plus encore.

Un kit de robotique grand public, c’est :

  • des briques de construction de différentes formes et couleurs à imbriquer librement entre eux,
  • une carte programmable, des actionneurs et des capteurs à programmer pour donner vie à son robot,
  • un guide de montage des modèles proposés, les fichiers des programmes à intégrer et des guides d’apprentissage d’Icônes et de Scratch disponibles sur notre site internet dédié.

Retrouvez tous nos kits robotiques sur notre site ecolerobots.com.

Qu’apprend t-on exactement avec les kits ludiques de programmation ?

Plein de choses ! L’enfant apprend à identifier les composants d’un robot, le rôle de chacun, leur fonctionnement.

Il apprend aussi les bases de la programmation dans des langages adaptés à son âge. À travers le langage Icônes et Scratch, il aura une 1ère approche des boucles, des conditions ou encore des fonctions.

Enfin, il apprendra à s’interroger sur le fonctionnement des objets programmés qui l’entourent.

Comment utiliser ces kits robotiques pour des cours de programmation à domicile ?

Les kits de robotique grand public sont, au départ, des jeux, mais peuvent tout à fait être “détournés” en matériel de cours de programmation à domicile.

On peut, en effet, renforcer les potentialités d’apprentissage de ces kits sans trahir l’esprit du jeu en en faisant des supports de cours et en suivant une méthode d’apprentissage progressive :

  • Apprendre à programmer en reproduisant des modèles – ceux proposés dans les kits.
  • Apprendre à programmer en testant, en observant, en déduisant.
  • Apprendre à programmer en expérimentant soi-même ses propres créations*.

Avec cette méthode d’apprentissage qui passe par le jeu et reste sans doute la méthode la plus efficace pour ancrer des connaissances, l’enfant ou l’adolescent suit cette pente naturelle qui l’amène d’abord à imiter avant d’explorer. Il apprend en toute autonomie et à son rythme selon l’endroit où le portent sa curiosité et ses envies.

*Se lancer dans ses propres créations, c’est la “philosophie” de tous nos kits : on propose des modèles, mais les pièces du kit vous permettent d’inventer n’importe quel autre modèle ! Autrement dit le matériel proposé est modulable et adaptable à souhait dans les limites de votre imagination.

Retrouvez tous les robots compatibles avec votre kit sur notre page “Modèles de robots pédagogiques” et inspirez-vous en pour vos propres créations.

Un matériel riche et inépuisable pour faire des cours à domicile et nourrir le désir d’apprendre

Pour nourrir son désir d’exploration, apprendre toujours plus, aller plus loin dans ses expériences robotiques, pas la peine de racheter un kit complet ! La quasi intégralité des pièces est disponible en pièce détachée pour enrichir son kit de base, remplacer les pièces perdues ou cassées.

C’est là tout l’intérêt de ce matériel d’apprentissage qui ne s’épuise pas et ne se limite pas à quelques modèles. L’enfant pourra ainsi s’approvisionner :

  • en caisses de briques ou briques à l’unité pour des désirs de constructions plus élaborées,
  • en capteurs pour explorer davantage l’adaptation des robots à leur environnement,
  • en actionneurs pour des robots qui agissent ou réagissent.
  • en engrenages, crémaillères et axes pour se lancer dans la découverte de la mécanique.

Donner des cours de programmation à domicile en tant que parent

Pour un cours de programmation à domicile plus “cadré” et suivi, dispensé par un parent, vous pouvez tout à fait vous procurer l’un de nos kits robotiques conçus pour l’éducation nationale et profiter des manuels et ressources disponibles en libre téléchargement pour enseigner à vos enfants la programmation.

Mais peut-être y a-t-il une école de programmation Algora ouverte près de chez vous ? Pour le savoir, rendez-vous sur notre carte des écoles Algora ouvertes en France et à l’étranger.

The post Cours à domicile : apprendre à programmer avec un kit Ecole Robots appeared first on Speechi.

Cours à domicile : apprendre à programmer avec un kit Ecole Robots

Confinement oblige, fini la séance hebdomadaire de judo, de danse ou de tennis ! Faute d’avoir forcément la place pour…

14

Sortie du manuel n°2 pour enseigner le Python au lycée

Un 2e manuel pour enseigner le langage Python au lycée est maintenant disponible. Toutes les informations sur cette nouvelle ressource pédagogique dans cet article !

Consulter le manuel Python n°2 :
Les bases de la programmation (lycée)

Caractéristiques du manuel :

– Nombre d’heures de cours estimé : 4H
– Nombre de pages : 64 pages
– Environnement de programmation : l’éditeur Mu
– Matériel nécessaire : le kit robotique ESPeRobo – édition lycée

Un manuel qui poursuit l’apprentissage des bases du langage Python

Ce 2e manuel d’apprentissage du langage Python aborde 4 nouvelles notions : les séquences, les boucles, les conditions et les classes. Pour chacune de ces notions, des exercices de mise en pratique sont proposés à l’élève.

Rappelons que l’enseignement du langage Python est préconisé par les programmes scolaires pour ses nombreuses qualités pédagogiques.

un langage simple d’usage, interprété, concis, libre et gratuit, multiplateforme, largement répandu, riche de bibliothèques adaptées aux thématiques étudiées et bénéficiant d’une large communauté d’auteurs dans le monde éducatif…

Chapitre 1 : Les séquences et les boucles

La 1ère partie de ce chapitre consacrée aux séquences aborde la liste, le tuple et le dictionnaire. L’élève apprend comment définir ces types de séquence, comment consulter les éléments qui les composent et comment les modifier avec des méthodes.

Dans la 2e partie du chapitre dédiée aux boucles while et for, l’élève apprend comment écrire une boucle en Python et comment l’utiliser pour générer une séquence de valeurs et accéder aux éléments composant les différents types de séquence vus précédemment.

Exercice : programmer le buzzer de l’ESPeRobo à jouer une mélodie en utilisant des tuples et une boucle.

Chapitre 2 : Les expressions conditionnelles

Dans ce chapitre, l’élève apprend cette fois-ci à écrire des conditions en Python. Pour ce faire, sont abordés les opérateurs de comparaison (, =…), les opérateurs logiques (and, or, not) et les structures if-else/elif. Ces notions sont illustrées dans un programme servant à trier des candidats selon leurs résultats dans la liste des admis ou des non-admis.

Exercice : programmer la carte pour que le panneau LED s’allume quand son capteur de lumière détecte une baisse de luminosité.

Chapitre 3 : Les classes

Dans ce chapitre qui porte sur les classes, l’élève apprend à différencier les classes des instances et à en créer. Les méthodes de classe et d’instance sont introduits et expliqués à travers des exemples.

Exercice : Afficher la température sur le panneau LED de la carte

Chapitre 4 : Contrôler le panneau LED de l’ESPeRobo

Dans ce dernier chapitre, l’élève met en pratique ses nouvelles connaissances en Python à travers 3 exercices.

  • Exercice 1 : Afficher une image fixe
  • Exercice 2 : Faire une animation
  • Exercice 3 : Faire des jeux de couleurs et de lumières

Les outils utilisés dans le manuel n°2 Python

Les outils restent évidemment les mêmes que ceux utilisés dans le 1er manuel. Une brève présentation est néanmoins à nouveau faite pour ceux qui découvriraient nos manuels Python.

L’éditeur Mu

Les élèves poursuivent leur apprentissage du langage Python avec l’éditeur Mu dont l’avantage est de présenter un espace de programmation clair et de restreindre les fonctionnalités à celles les plus essentielles.

Le kit robotique ESPeRobo – édition lycée

Une partie des exercices proposés dans ce 2e manuel se fait sur la carte programmable ESPeRobo. Les lycéens auront l’occasion de programmer son panneau LED, son buzzer, son capteur de température et son capteur de lumière.Voir le kit robotique.

The post Sortie du manuel n°2 pour enseigner le Python au lycée appeared first on Speechi.

Sortie du manuel n°2 pour enseigner le Python au lycée

Un 2e manuel pour enseigner le langage Python au lycée est maintenant disponible. Toutes les informations sur cette nouvelle ressource…

14

Algora Pessac : des cours de programmation à distance avec le logiciel Sofa

Continuité des écoles de programmation Algora : exemple d’un cours à distance sur Sofa

Durant le confinement, nous vous avons parlé de continuité pédagogique et professionnelle avec le logiciel de collaboration Sofa ainsi que de la continuité des cours de programmation Algora grâce aux cours à distance.

L’école Algora de Bordeaux-Pessac a réuni ces deux idées en une seule en organisant ses cours de programmation sur Sofa pendant le confinement. Nous vous laissons découvrir en vidéo le cours de Guillaume qui apprend à programmer un robot éducatif :

Bon à savoir : pour les cours à distance, l’école Algora Pessac prête des kits robotiques. Le cours est suivi via le logiciel Sofa en partage d’écran et avec webcam activée. Il est ainsi facile pour l’animateur de suivre ce qu’il se passe sur l’ordinateur de l’élève (en fait, de regarder la manière dont l’élève élabore son programme) et aussi de pouvoir vérifier la construction du robot.

The post Algora Pessac : des cours de programmation à distance avec le logiciel Sofa appeared first on Speechi.

Algora Pessac : des cours de programmation à distance avec le logiciel Sofa

Continuité des écoles de programmation Algora : exemple d’un cours à distance sur Sofa Durant le confinement, nous vous avons…

28

Lancement du Speechi Robotic Challenge : un défi robotique pour apprendre à programmer

Suite au succès des cours à distance tenus par les écoles Algora, nous avons compris que l’envie d’apprendre à programmer à la maison était très forte chez les enfants. C’est pourquoi, en partenariat avec notre partenaire japonais Artec (qui fournit les briques nécessaires à la construction de nos robots programmables), nous avons décidé de lancer la première édition du Speechi Robotic Challenge.

Le déroulement du concours

Pour participer, tout enfant âgé de 6 à 14 ans doit être équipé d’un kit robotique Ecole Robots Grand Public (au choix parmi 6 kits). Son robot devra être original, créatif et être programmé en Scratch ou en Python.

La construction du robot tout comme son programme sont deux critères importants pour remporter le concours. Et surtout, il y a un thème à respecter : le robot doit être “un robot pour la planète”.

Quand l’enfant aura construit et programmé son robot, il lui suffira de le mettre en scène dans une vidéo amusante ainsi qu’une fiche explicative du projet et de nous les envoyer avant le 31 juillet 2020 minuit par mail (concours@speechi.net). Toutes les vidéos seront centralisées dans une playlist dédiée sur notre chaine YouTube.

A la clef : un voyage au Japon pour assister à la coupe du monde de robotique qui se tiendra en 2021

Si l’idée du concours séduit et que nous recrutons plus de 250 petits codeurs, le gros lot sera un voyage au Japon pour assister à une compétition internationale de robotique. Ce n’est pas tout, les enfants peuvent aussi tenter leur chance pour remporter un an de cours Algora, un trimestre ou différents kits robotiques.

Le grand vainqueur du challenge sera connu le 15 septembre 2020.

S’inscrire et participer

Pour s’inscrire, il suffit de s’équiper du robot Grand Public de son choix (disponibles ici). Si l’enfant qui veut participer a déjà un kit robotique ou est inscrit dans une école de programmation Algora participante, c’est par ici.

N’hésitez pas à consulter l’ensemble des modalités du concours.

Pour toute demande d’informations, n’hésitez pas à nous contacter par mail concours@speechi.net. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre !

The post Lancement du Speechi Robotic Challenge : un défi robotique pour apprendre à programmer appeared first on Speechi.

Lancement du Speechi Robotic Challenge : un défi robotique pour apprendre à programmer

Suite au succès des cours à distance tenus par les écoles Algora, nous avons compris que l’envie d’apprendre à programmer…

22

Pourquoi apprendre la programmation informatique/robotique en période de confinement ?

Je partage un message important de Grégory Guillou, notre partenaire aux Antilles, qui a abattu pendant le confinement un travail incroyable et extrêmement créatif pour le développement de la programmation outre-mer. C’est bien simple, si le virus avait été un bug, il aurait déjà disparu.


Beaucoup d’entre vous se posent certainement la question au prime abord, pourquoi ne pas privilégier les matières dites « fondamentales »?

Je vous rassure, l’apprentissage de la programmation informatique/robotique ne se fait pas au détriment des autres matières dites “fondamentales”, bien au contraire…

Voici quelques éléments sur les avantages de cet apprentissage qui pourraient éclairer votre lanterne  :

👉 Assurer la continuité pédagogique avec moins de pesanteur dans un contexte déjà très particulier, ludifier pour fluidifier l’apprentissage et accompagner en douceur vers un retour en milieu scolaire : rentrée dans le programme scolaire depuis septembre 2016, la programmation informatique est devenue un langage à part entière qui permet de rendre concret l’apprentissage des disciplines telles que les maths, les sciences, la physique et même les langues (l’anglais étant prépondérant dans le langage algorithmique) à une époque où la transdisciplinarité et la transversalité sont de plus en plus plébiscitées.

👉 Détourner l’usage des outils numériques vers un usage éthique et responsable : nous le savons le confinement accentue le temps passé sur nos écrans (20 à 30% plus que d’ordinaire), avec pour seul but de se divertir pour la plupart des jeunes.

👉 Favoriser l’apprentissage par l’erreur : L’expression « l’erreur est humaine » n’a jamais eu autant de sens que durant ce confinement, il n’y a pas d’âge pour apprendre de nos échecs…Nelson Mandela le dit si bien « Dans la vie, je ne perds jamais : soit je gagne, soit j’apprends ».

👉 Sensibiliser au monde de demain mais aussi aux métiers de demain : la France est en manque de 50000 à 60000 développeurs et je peux vous garantir qu’ils ne sont pas à l’arrêt durant ce confinement, ils ont aussi cet illustre avantage de pouvoir travailler partout à travers le monde avec pour seuls outils leur pc et une connexion internet stable.

👉 Favoriser l’autonomie numérique : nous découvrons à travers cette crise à quel point être autonome du point de vue numérique est important.La plupart des démarches administratives se font plus que jamais en ligne pour limiter les contacts physiques. Les sociétés (y compris nous) sont contraintes de s’adapter et de se réinventer afin de garantir une productivité même en temps de crise.

👉 Garantir l’égalité des chances : le confinement est un révélateur et un vecteur d’inégalités, privant bon nombre d’enfants d’un puissant garant de l’égalité des chances qu’est l’école de la République. Sensibiliser au numérique c’est permettre l’inclusion de tout un chacun dans un monde toujours plus digitalisé.

👉 Développer de nombreuses facultés telles que : la logique , la créativité, l’esprit critique et la culture digitale comme indiqué dans l’illustration ci-dessous

« Apprendre en s’amusant » ,créer son propre robot fascine et enchante d’avantage que d’apprendre des notions de façon bête et disciplinée.
Un nouveau regard sur l’apprentissage qui n’est plus perçu comme une contrainte ou une obligation.🥳

Se pose maintenant cette question fondamentale 🤓 :

« Pourquoi ne pas transformer l’intérêt de nos jeunes pour les nouvelles technologies en véritable valeur ajoutée  »

Plus d’infos via info@jaimecoder.com
Tout savoir sur nos écoles Algora ===> https://www.algora.school/

The post Pourquoi apprendre la programmation informatique/robotique en période de confinement ? appeared first on Speechi.

Pourquoi apprendre la programmation informatique/robotique en période de confinement ?

Je partage un message important de Grégory Guillou, notre partenaire aux Antilles, qui a abattu pendant le confinement un travail…

27

La Voix du Nord : des robots pédagogiques Speechi dans les écoles de Roubaix

La Voix du Nord explique à ses lecteurs l’intérêt pédagogique des robots Speechi

Dans un article intitulé “Décryptage : À quoi servent les robots dans les écoles ?”, la Voix du Nord explique le choix de la mairie de Roubaix d’équiper les écoles élémentaires de robots programmables. La mairie de Roubaix a sélectionné 6 robots Speechi à répartir entre les écoles de la ville.

Cette acquisition permettra aux élèves du CE2 au CM2 d’apprendre à programmer de manière concrète. Savoir écrire des lignes de code c’est bien mais pour que l’apprentissage soit concret il faut que les enfants puissent constater l’exécution de leur programme.

Si la Voix du Nord s’intéresse à l’acquisition de robots par les écoles c’est surtout pour permettre aux lecteurs de comprendre l’intérêt pédagogique des robots programmables. On ne voudrait pas trop vous spoiler mais l’article permet en effet de démystifier l’usage des robots en parlant de la formation à la programmation des professeurs, de la pertinence avec le programme scolaire et la complexité pour les élèves.

En pleine démonstration, notre “Monsieur Robot” (diminutif pour Responsable de développement des écoles robotiques Algora) Simon présente les avantages des robots au personnel :

  • l’évolution des difficultés au fur et à mesure des livrets Education Nationale (inspirés du programme scolaire) fournis avec les kits,
  • l’apprentissage non seulement de la programmation mais aussi de quelques principes mécaniques, robotiques et mathématiques ainsi que la concrétisation “dans la réalité” d’un programme élaboré par l’élève, etc.

L’argumentaire de Simon est déjà tout fait : les robots ont déjà été testé dans les centres de loisirs de Roubaix et cette expérimentation a été un véritable succès. Les robots vont pouvoir continuer leurs aventures dans les écoles !

Retrouvez en intégralité l’article de la Voix du Nord (version PDF).

The post La Voix du Nord : des robots pédagogiques Speechi dans les écoles de Roubaix appeared first on Speechi.

La Voix du Nord : des robots pédagogiques Speechi dans les écoles de Roubaix

La Voix du Nord explique à ses lecteurs l’intérêt pédagogique des robots Speechi Dans un article intitulé “Décryptage : À…

37